Pierre MENDES FRANCE

Pierre MENDES FRANCE

Michel DINET nous a quittés

MD1

 

« Partageons la certitude qu’il vaut mieux écouter ce qui est dit plutôt que qui le dit et que l’on peut ainsi honorer la fonction politique en mettant le doigt sur de vraies questions au-delà de toute autre considération, il nous restera de toutes façons toujours le temps pour nous frotter les oreilles sur d’autres débats » Michel Dinet

 

Nous apprenions dimanche avec douleur le décès brutal de Michel Dinet, Président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle. Les socialistes de Meurthe-et-Moselle, comme tout le département, sont terriblement affectés par cette triste nouvelle.

La Meurthe-et-Moselle perd un grand serviteur de la chose publique, un humaniste engagé, fruit de l’école de la République et attaché à celle-ci. Guidé par ses convictions sincères et résolues, il mettait ses formidables capacités visionnaires au service de son engagement politique et de la gestion de la collectivité départementale. Il tenait la responsabilité politique et le service public en très haute considération avec la même finalité : faire projet et société ensemble.

Homme de passion, débatteur infatigable d’une grande convivialité et proximité, ancien Maire de Vannes le Châtel, ancien Député, Président du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle depuis 1998, il était une boussole pour nous, adhérents, en Meurthe et Moselle et ailleurs.

Nos pensées émues vont à sa famille et à ses proches.

 

« Ils sont 1 000, nous sommes 5, encerclons les ! » Michel Dinet

 

Lettre ouverte de la gauche du Grand Nancy au Président Rossinot sur le « nouveau » réseau Stan

« Monsieur le Président du Grand Nancy,

L’inauguration en grande pompe du « nouveau » réseau Stan, une semaine après le lancement, se fera sans les élus de la Gauche du Grand Nancy, dont vous avez trop souvent ignoré les propositions.

Votre méthode d’élaboration de ce nouveau réseau se résume par « mettre la charrue avant les bœufs ». D’une part, vous avez décidé seul du budget alloué à Veolia Transports pour la mise en place du « nouveau » réseau. Un budget en baisse, malgré l’augmentation des tarifs des titres de transport, que nous avons refusée, et celle du versement transport, payé par les entreprises, qui atteint aujourd’hui son maximum. Et d’autre part, vous avez choisi de lancer le nouveau réseau sans attendre les résultats de l’enquête ménages-déplacements, alors que vous l’avez vous-même commandée pour un coût dépassant le million d’euros. Cette enquête a pour but de déterminer les habitudes des Grand-Nancéiens et des habitants du sud du département en matière de déplacements. Vous n’en avez pas tenu compte, et cela s’en ressent aujourd’hui sur la qualité du service rendu.

Nos questions sont à ce jour restées sans réponses. Pourquoi ne pas avoir abrégé les souffrances du tramway, dont le matériel est défaillant et saturé, comme l’agglomération caennaise a pu le décider récemment, au lieu d’engager une rénovation coûteuse (plus de 18 millions d’euros) pour le maintenir jusqu’en 2022 ? Pourquoi ne pas avoir construit de véritables parcs relais aux terminus de la ligne 2, pour permettre aux personnes extérieures à l’agglomération de ne pas se rendre en centre-ville en voiture ? Pourquoi avoir abandonné la ligne 3 structurante passant par Laxou, Villers, Vandœuvre, une des propositions de votre Plan de Déplacements Urbains de 2006, délaissant les habitants de Villers et Vandœuvre, la deuxième ville du département. Pourquoi ne pas avoir instauré, comme nous l’avons proposé à maintes reprises, des lignes circulaires, qui permettraient de ne pas systématiquement repasser par le centre-ville de Nancy, et qui ouvriraient réellement les portes de toute l’agglomération aux Grand-Nancéiens ?

Enfin, et surtout : pourquoi ne pas avoir concerté les Grand-Nancéiens pour l’élaboration de ce « nouveau » réseau ?

En refusant de choisir courageusement entre le « tout auto » et les solutions alternatives de déplacements, vous condamnez les Grand-Nancéiens à la double peine : un réseau de transport faible, et une agglomération impraticable en voiture. Soucieux de l’avenir de notre agglomération, mais également de l’ensemble du territoire sud meurthe-et-mosellan, nous avons toujours défendu l’idée d’un véritable service public des transports, qui allierait rapidité, efficacité, et respect de l’égalité des territoires et des habitants. Votre politique en matière de déplacements est symptomatique des échecs de vos mandatures : ce nouveau réseau Stan en est le parfait exemple. Les Grand-Nancéiens ne sont pas dupes quant aux raisons qui vous motivent à tenir cette inauguration. Nous faisons donc, avec eux, le choix de ne plus nous faire « rouler » ! »

Les socialistes en campagne

La fédération PS de Meurthe-et-Moselle a organisé, hier, à Eulmont, son université de rentrée. Avec les élections municipales et européennes en ligne de mire.

La députée européenne Catherine Trautmann était l’invitée de l’université de rentrée du PS. Photo Frédéric MERCENIER

Michel Dinet, Mathieu Klein, Chaynesse Khirouni, Dominique Potier… Les forces vives de la fédération de Meurthe-et-Moselle du PS sont venues afficher leur unité et mobiliser les « troupes », hier à la salle polyvalente d’Eulmont. Le village a accueilli l’université de rentrée de la fédération, consacrée cette année à la préparation des élections municipales et européennes de 2014. Débats et ateliers thématiques ont été partagés par les élus avec les adhérents, en vue de « construire un projet pour sa commune ».

« Repolitiser les municipales »

« Le message fort de cette journée est le suivant : nous sommes en ordre de marche », clame Alban Cayon, premier fédéral par intérim. « C’est notre première rentrée du changement et l’enjeu est très important. Pour les élections, il faudra que nous soyons très offensifs et que, collectivement, nous installions un projet socialiste des villes, ciblé sur l’emploi, l’éducation, la jeunesse, la petite enfance, les personnes âgées, l’accès à la culture, la mixité sociale, le logement, les services publics… Il faut absolument repolitiser les municipales et montrer que nous avons un vrai projet de gauche ». Les objectifs poursuivis par le PS, qui a déjà investi huit candidats, sont clairs : conquérir Nancy avec Mathieu Klein, mais également Longwy, avec Jean-Marc Fournel, Pont-à-Mousson, avec Julien Vaillant, et Lunéville avec Grégory Grandjean. Selon Chaynesse Khirouni, ces élections municipales constituent pour le PS « une chance historique de mettre fin à des modes de gestion archaïques » et imposent une mobilisation totale de tous les adhérents. « Nous avons un devoir », insiste la députée : « aboutir à une unité totale des forces de gauche et écologistes. Et nous devons agir pour les catégories populaires en combattant les visions populistes ».

L’université de rentrée a été marquée par la présence de Catherine Trautmann, députée européenne, et Michel Jeanson, secrétaire de la section PS de Bruxelles, venus animer l’assemblée plénière sur l’Europe.

Jean-Christophe VINCENT – Est Républicain 1er septembre 2013

Pierre Mauroy : une vie au service du progrès

http://www.dailymotion.com/video/x10r5le

Né le 5 juillet 1928 à Cartignies, Pierre Mauroy est l’aîné d’une famille de sept enfants. À 16 ans, il adhère aux Jeunesses socialistes dont il sera secrétaire national de 1955 à 1959.

Diplômé de l’Ecole normale d’apprentissage de Cachan, il sera professeur dans un lycée technique de la banlieue parisienne de 1952-1956.

En 1951, il fonde Léo Lagrange, grande fédération d’éducation populaire.

Dix ans plus tard, il devient premier secrétaire de la fédération socialiste du Nord et accède en 1963 aux responsabilités nationales au sein de la SFIO.

Pierre Mauroy accompagnera François Mitterrand dans son entreprise de reconstruction du PS lors du congrès d’Epinay en 1971.

Nommé Premier ministre après la victoire de François Mitterrand en 1981, Pierre Mauroy fut le premier des socialistes à Matignon sous la Ve République.

Jusqu’en 1984, où Laurent Fabius lui succède, il dirige trois gouvernements d’Union de la gauche. Parmi les réformes majeures de ces trois années, on retiendra bien sûr, l’abolition de la peine de mort, les lois de décentralisation, la cinquième de congés payés mais aussi les 39 heures et la mise en place de l’impôt sur la fortune.

Pierre Mauroy, c’est aussi l’homme du Nord. Maire de Lille de 1973 à 2001, député du Nord (1973-1981, 1986-1992), président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (1974-1981), il marquera durablement l’histoire de sa ville et de sa région.

1988 à 1992, il fut le Premier secrétaire du PS avant d’être élu à la tête de l’internationale socialiste de 1992 à 1999.

Pierre Mauroy s’est étient à l’âge de 84 ans après un long et exemplaire parcours militant.

 

Mariage pour tous : l’égalité, c’est maintenant

http://www.dailymotion.com/video/xz4de5

Aujourd’hui, mardi 23 avril, l’Assemblée nationale a adopté par 331 voix contre 225 la loi portant ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. Le Parti socialiste se félicite de ce vote qui vient finaliser la tenue de l’engagement 31 de François Hollande et tient à remercier tout ceux qui se sont mobilisés, qui ont porté la loi et qui ont voté pour faire gagner la société et le progrès.

Pétition pour le droit au mariage et à l’adoption pour tous

 

Je veux que la République donne le droit à tous ceux qui s’aiment de se marier et d’adopter. Je veux l’égalité pour tous sans discrimination liée à l’orientation sexuelle. Je veux que tous les couples et leurs enfants, toutes les familles de France, soient reconnus, respectés et protégés.